conte de Noël 2021 Suggérer par mail

Oh ! Oui, Noël est une très belle fête : du partage et de la communication entre tous les humains.

Comme nous sommes une société où la connexion est facile : je vais vous faire un cadeau.

Pour ce Noël, je vais vous propulser à 8 500 km d’ici dans la joie, la fête de la messe du village de Akamasoa* à Madagascar.

Cette messe est un spectacle prodigieux ! Imaginez-vous dans un hangar *où jusqu’à 10 000 personnes se retrouvent chaque dimanche pour chanter, danser, et taper dans leurs mains au rythme des tambours.

Les enfants dansent dans une synchronisation parfaite créant un spectacle haut en couleur. C’est un instant captivant à découvrir où tous les participants sont des acteurs en parfaite connexion. Ils expriment leur joie de vivre communicant une allégresse qui transcende cette assemblée. Personne ne peut rester indifférent à un tel festival qui fera vibrer tout votre corps. C’est la messe du Père Pedro* !

Pourtant, cette belle fête prend modestement ses racines 30 ans plus tôt.

Le père Pedro Opeka* nommé à Tananarive arrive dans ce lieu qui n’était à l’époque qu’une décharge d’ordures où croupissaient des centaines de familles. Ces dernières étaient réduites à trouver dans cette puanteur quelques déchets pour assurer leur survie.

Choqué par la vue de cette déchéance humaine, le Père Pedro saisit l’urgence d’agir pour que ces familles ne vivent plus dans de telles conditions. Les financements espérés par le Père Pedro n’arrivait pas comme il l’aurait souhaité.

Alors, l’homme d’église est allé directement au milieu de ces mendiants de la survie pour chercher des solutions. Malgré leur méfiance, un petit groupe a choisi de lui faire confiance, ils ont essayé de cultiver des petits lopins de terre. Ils se sont vite aperçus que cultiver sur du rocher granitique était très difficile. Alors, avec leurs faibles moyens, le petit groupe s’est mis à extraire la roche, à casser des cailloux pour se faire un peu d’argent. Les plus adroits ont créés des pierres de taille.

Jour après jour, pierre après pierre, ils ont commencé à bâtir des maisons. Pour arriver à cela certain sont devenus des maçons, des charpentiers. Aussi vite que les constructions évoluaient, le peuple des ordures est venu rejoindre la communauté du père Pedro.

Aujourd’hui, autour de cette décharge, 25 000 personnes sont logées, 22 villages sont sortis de terre, 14 500 enfants sont scolarisés. Des dispensaires, des terrains de sport ont été construits. Ces établissements modestes, où chacun met un point d'honneur à ce que ces lieux restent accueillant sont d’une propreté parfaite. Certains de ces enfants, qui ont débutés leur vie dans cette poubelle sont aujourd’hui, des enseignants.

Ceci n’est que le résumé d’une histoire beaucoup plus complexe.

Oui, tout est possible. Oui, on peut encore tout faire !

Il faudrait simplement cesser de toujours amplifier le négatif. Il faut mettre en avant le travail de ces gens modestes qui participe à la réalisation de véritables miracles. L’essentiel n’est pas d’avoir des pouvoirs surdoués mais bien d’avoir une volonté d’avancer dans la bonne direction.

Comme le dit si bien le Père Pedro, il reste tant à faire ! Malheureusement, la misère reste une source intarissable pour Madagascar, pour bien d’autres contrées !

Actuellement, le sud de l’île est touché par une sécheresse sans précédent. Pour une partie de la population vivant de leur culture, ils n’ont aujourd'hui plus de quoi se nourrir et l’eau est devenue une denrée si rare !

L’évènement a été médiatisé. Ceux qui ont vu les reportages* de cette zone sinistrée ne peuvent rester insensible aux images de la bousculade créée par l’arrivée d’une citerne d’eau au village. Dans cette cohue, on voit surgir une femme tenant à bout de bras une bouteille en plastiques usagées : « S’il te plaît ! Donne-moi de l’eau ! S’il te plaît ! Donne-moi de l’eau ! »

Oui, tout est possible. Oui, on peut encore tout faire !

Alors, si tu veux apporter ta petite goutte d’eau, ta petite pierre à l’édifice du Père Pedro, tu peux dès maintenant te rendre sur      https://perepedro.fr/dons-en-ligne/        www.perepedro.com 

Oui, tout est possible. Oui, on peut encore tout faire !

Il nous faut rester modeste car la nature a tant de choses à nous révéler.

On vient juste de découvrir que les arbres échangeaient des informations grâce à leur réseau racinaire, ils arrivent à reconnaître leur congénère et à se protéger mutuellement. Plus surprenant encore, toutes les plantes sont connectées entre elles grâce aux champignons. Ces derniers sont partout et de toutes tailles, ils ont la particularité de vivre en parfaite symbiose avec leur environnement. Ils ne peuvent pas synthétiser eux-mêmes le carbone nécessaire à leur développement. Alors, pour compenser, ils ont mis au point tout un réseau de mycorhize *souterrain qui leur permet d'avoir une connexion plus performante que notre Internet.

Grâce à cela, les champignons sont connectés avec les plantes et échangent de la matière carbonée nécessaire à leur développement qu’ils ne savent pas produire eux-mêmes. En contrepartie, ces champignons donnent aux plantes les minéraux qu’ils vont extraire très profondément grâce au mycorhize* dans la roche mère. Ils répartissent au mieux ces minéraux en fonction des besoins de chaque plante. En période de sécheresse, ces mycorhizes vont puiser l'eau très profondément et en rétrocède une partie aux plantes qui souffrent de déficience hydrique.

Oui, tout est possible. Oui, on peut encore tout faire !

On peut encore construire un monde meilleur ! Il nous suffit de copier la nature.

La nature a l'intelligence de ne pas lutter contre ...

La nature a l’intelligence de faire avec ce qu’elle a …

La nature a l’intelligence de répartir au mieux ce dont elle dispose pour le bien de tous …

La nature serait-elle un modèle de partage ?

Les êtres humains ont eux aussi beaucoup de valeur à partager : leurs savoirs, leurs cultures, leurs différences.

Ceux qui sont dépourvu de tout ont une chose que personne ne pourra leur prendre : l’espoir d’un avenir meilleur.

Ceux qui possèdent beaucoup ont l'inquiétude de l'érosion de leur pouvoir d'achat.

Comme c’est Noël, on peut rêver à l’ouverture de l’être humain au partage.

Nous pourrons vivre ensemble dans la joie. Grâce à ce partage, nous pourrons reprendre confiance en l’avenir. Fort de notre connexion entre humains, nous aurons acquis la certitude que demain sera plus beau. Nous pourrons sans inquiétude nous réunir ensemble dans l’allégresse pour chanter, danser, taper dans nos mains au rythme des tambours. Nous pourrons vivre intensément dans l’euphorie collective.

Joyeux Noël à tous et que 2022 apportent à chacun d'entre nous ce dont il a besoin …. Et surtout que nous vivions intensément notre bonheur de vivre et de partager.

*Akamasoa : signifie en langue malgache « les bons amis »

*Hangard: ce que l'on peut prendre pour un immece hagard et un gymnaste qui se transformè d'église pour la célébration de la messe du père Pedro

* la messe du père pedro: Madagascar La messe du Père Pédro le dimanche a Akamasoa - YouTube

*la vie du pére pedro : Père Pedro Opeka - YouTube

* reportage sur la sécheresse au sud malgache .envoyer spéciale france 2 télévision édition du 25 novembre 2021 https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/madagascar/video-madagascar-la-famine-climatique_4857413.html

* les mycorhizes: Comment fonctionne les mycorhizes ? Découvrez la symbiose mycorhizienne en réalité virtuelle - YouTube

 

 

J'ai pris personnellement grand plaisir à écrire ce texte. Et je remercie ma petite fille de sa participation. Albert Délimard noël 2021

 
Suivant >